LES PERLES :

Perles Fines & Perles de Culture :

 

Afin de clarifier beaucoup d’idées reçues, nous allons tout d’abord faire le point sur Perles Fines et Perles de Culture !

 

-       Perles Fines ou perles naturelles = accident de la nature

-       Perles de Culture ou perles naturelles = ferme perlière dans la nature

 

Ce qu’on appelle Perles Fines sont en fait des perles qui se forment par hasard lorsqu’un élément étranger et souvent blessant se loge dans les tissus d’un mollusque (Huitre, Moule, Conque, Lambi..) et qui pour s’en protéger l’enrobe de carbonate de calcium (Nacre), ce qui au bout de plusieurs années forme une perle !    

Jusqu’à la fin du XIXème siècle, seules les Perles Fines étaient connues et étaient excessivement chères car très rares . Il fallait en général faire une récolte impressionnante de bivalves pour espérer trouver quelques Perles Fines et encore pas forcément très belles !

 

Depuis le début du XXème siècle les Perles de Culture ont fait leur apparition et ont remplacé les Perles Fines car plus courantes et plus abordables.

Les Perles de Culture sont aussi des perles naturelles, mais à la différence des Perles Fines ce n’est pas le hasard qui fait la perle mais c’est le fermier car il a mis au point un processus (introduction forcée d’un corps étranger nucléus) qui lui permet de déclencher le système de défense naturel du mollusque pour produire la nacre et donc la perle !

 

Qu’entend-on par Perles de Culture :     

Les Perles de Culture proviennent toutes de « Fermes Perlières » mais ces fermes perlières peuvent être situées soit en mer soit en lac !

Ceci pour une simple raison, c’est que les 2 catégories de mollusques bivalves sélectionnés pour la culture des perles sont soit des huîtres perlières vivant en eau salée (mer) soit des moules perlières vivant en eau douce (lac).

 

Perles de Culture d’eau douce :

 

Jusque dans les années 80 la moule perlière C. Plicata produisait les Perles de Culture d’eau douce, mais désormais elle est remplacée par la moule Hyriopsis Cumingi (plus grosse).

Une des grandes différences entre les Perles de moules et les Perles d’huîtres, est le fait que dans les perles de moules on n’utilise pas de nucléus (bille externe) pour fixer la nacre mais un morceau d’une autre moule. Le résultat est que la Perle d’eau douce est 100% en nacre alors que sa cousine d’eau salée non.

L’autre grande différence entre les 2 catégories de perles est la palette de couleurs qui varie fortement. La Perle de Culture d’eau douce a 3 couleurs de base qui sont ivoire, pêche et lavande, avec toute la palette de nuances que l’on peut imaginer.

Enfin, une des différences majeures est le fait que l’on peut greffer une quarantaine de perles dans une moule perlière alors qu’une ou deux est le grand maximum pour une  huître perlière !

Les tailles bien sûr ont été longtemps le grand avantage des Perles d’huîtres, ce n’est plus le cas désormais, sauf pour les exceptions de 20mm et plus où ce sont toujours les perles de Pinctada Maxima qui remportent le concours, sinon les Perles de Culture de moules perlières atteignent des tailles allant de 1 à 18 voir 19 mm.

 

Perles de culture d’eau salée :

                      

Une grande famille d’huître est utilisée pour la culture de perles, ce sont les Pinctada.

 

. La Pinctada Fucata Martensis produira les Perles d’Akoya (blanches). Ce sont les Japonais qui ont mis au point la Perliculture à la fin du XIXème siècle, et les Perles d’Akoya représentent toujours cette perfection. La Pinctada Fucata est la plus petite des Pinctada (10 cm) c’est pourquoi les Perles d’Akoya sont comprises entre 7 et 9.5 mm de diamètre !

 

. La Pinctada Maxima produira les Perles des Mers du Sud. Cette huître est élevée en Australie où elle produit surtout une magnifique Perle blanche et un peu de Perles Dorées. Par contre la même Maxima aux Philippines et en Indonésie produira la Perle Dorée (ou Champagne ) la plus réputée. La Pinctada Maxima est aussi la plus grosse des huîtres perlière (+ de 25 cm) ce qui permet d’obtenir également les plus grosses Perles de Culture (20 mm).

 

. La Pinctada Margaritifera.produira la Perle de Tahiti, et jusqu’à présent cette huître n’a pas pu être élevée ailleurs qu’en Polynésie française. Donc c’est la fameuse Perle Noire, mais en fait avec plein de nuances allant du gris au vert. La Pinctada Margaritifera est aussi une grande huître de 25 cm et peut donc également produire de grosses perles.

 

Perles d’imitation :

 

Les perles d’imitation sont des perles fabriquées par l’homme d’une manière industrielle. Soit des perles en plastique ou en verre recouvertes d’un vernis, ou dans sa forme la plus élaborée par moulage en usine avec des processus compliqués de décoration comme les Perles de Majorque. Les perles d’imitation rentrent dans la catégorie fantaisie et n’ont pas de vraie valeur !

 

CLASSIFICATION DES PERLES:

 

Depuis l’Antiquité avec les Perles Fines, les hommes ont toujours admiré ce don de la nature et pour pouvoir posséder les « Larmes d’Aphrodite » ont toujours été prêts à payer le prix fort, donc à en faire commerce !

Pour se faire, il a bien fallu différencier les perles selon plusieurs critères !

 

PERLES D’EAU DOUCE :

 

Les couleurs des perles d’eau douce :

Les perles d’eau douce existent en une variété de couleurs différentes. Il y a 3 couleurs de base comme représentée ci-dessus, mais en réalité avec toutes les variantes une douzaine de couleurs que l’on peut trouver dans les perles d’eau douce. 

Sur l’image ci-dessous vous voyez les 4 couleurs de base utilisées dans le marché de la perle et en bijouterie. Les perles noires ressemblent aux perles de Tahiti, mais cette couleur n’est pas une couleur naturelle. Les perles ont subi un traitement. Cette couleur n’est pas une teinture ni un vernis coloré qui a été mis sur les perles. Il s’agit d’un procédé chimico/thermique connu et sans danger qui teint la perle dans la nacre elle-même et cela de manière définitive. 

 

 

Les tailles des perles d’eau douce :


Les perles se mesurent dans le diamètre du rond :

 

Ici ce sont les tailles courantes pour des perles rondes utilisées en bijouterie. Mais comme déjà indiquées, les grandeurs vont de 1 mm à 19 mm, et plus pour des perles d’eau douce baroques par exemple.

 

Classement qualité des perles :


Le système de notation concernant les qualités se base sur les normes du GIA, ce système va de la qualité A à la qualité AAA.


AAA : Aspect rond visuellement. Lustre brillant et 95 % de la surface sans défauts.
AA+ : Perle légèrement ovalisée presque ronde, peut-être en forme de bouton. Lustre moyen avec quelques défauts ne représentant pas plus de 90 % de la surface.
AA et A : Perle non ronde, ovalisée. Lustre assez moyen, défauts sur 20 à 30 % de la surface.

 

 Reflets des Perles :

La nacre est une matière qui renvoie la lumière au travers de son propre filtre, selon certaines caractéristiques qui sont sa densité et son origine. C’est ainsi que l’on va pouvoir parler d’Orient d’une perle avec ses reflets.

Plus le reflet est dense et puissant, plus la qualité de la perle est élevée. Le reflet d’une perle va déterminer une partie de sa qualité. Une perle va pouvoir se classer en A, A+, AA ou AA+ ou AAA selon la grille de sélection du G.I.A. en tenant compte de la qualité de son reflet, de son lustre, de sa brillance, de la qualité de sa teinte, de la qualité de sa surface. Tous ces critères réunis détermineront la qualité d’une perle en comparaison avec la généralité des perles.

La nacre dispose naturellement d’une teinte qui domine.

Dans le reflet, la tendance générale de la qualité de la nacre va prendre en considération ce qui l’influence le plus et le retransmettre dans son reflet. C’est pourquoi on pourra parler d’une perle blanche aux reflets argentés ou rosés ou encore ivoire.

Dans le reflet, il y a aussi la notion de transparence et de brillance. «On se voit dedans», c’est le lustre qui va nous permettre d’avoir un reflet plus ou moins prononcé.